Endodontie : Définition, Déroulement et Risques

Noter cet article

L’endodontie est un traitement qui consiste à prendre soin de l’intérieur d’une dent. Ceci lorsque la pulpe de cette dernière est atteinte d’un mal. Encore appelée traitement endodontique, elle traite et prévient les infections péri-apicales. C’est une option vers laquelle se tourner pour pouvoir conserver une dent malade. Comment est-elle réalisée ? Dans quel cas peut-on y avoir recours ? Aussi à quel moment est-elle contre-indiquée ? Découvrez dans cet article les informations utiles à propos de cette pratique.

De quoi parle-t-on lorsqu’il s’agit d’endodontie ?

L’endodontie ou soin endodontique est la dentisterie qui s’occupe de ce que contient l’organe de la dent. Le nom de cette pratique a pour origine le grec suivant les termes endon qui veut dire « dans » et odous ou odontos qui signifie « dent ».

Il faut savoir que l’extérieur d’une dent se compose de partie binaire. L’une est visible et est appelée couronne. Quant à la seconde, qu’est la racine, elle est logée en dessous de la gencive, à l’intérieur même de l’os.

Ce qui se trouve à l’intérieur de l’organe et dont s’occupe l’endodontie est dénommé la pulpe. Elle se compose de nerfs et de vaisseaux sanguins. Elle est étendue de la couronne à l’apex (extrémité des racines) et reste connectée aux cellules adjacentes.

Au niveau de ces dernières, le tissu pulpaire est logé dans un canal radiculaire. Alors toute pathologie qui atteint l’un touche forcément l’autre. Ainsi, une endodontie consiste à soigner la pulpe et le canal radiculaire lorsque ces derniers sont atteints d’un mal. L’intervention est qualifiée de traitement de canal.

La pulpe peut être touchée par une carie. Mais il est aussi possible que le mal ait pour origine l’apex. Cela par une lésion de la gencive (parodontale) ou de l’os se trouvant tout autour de la racine dentaire.

Où peut se dérouler cette opération ?

De façon courante, une endodontie se déroule dans un cabinet dentaire auprès d’un dentiste généraliste. Il faut dire que tous ont reçu une formation de base pour des interventions endodontiques non-complexes.

Néanmoins, dans des cas d’atteintes aiguës comme les situations de canal minéralisé ou de structure dentaire complexe, il convient de faire appel à un spécialiste. Le dentiste pourra diriger le patient vers le professionnel.

Ce spécialiste du traitement endodontique en raison de sa formation, aura à disposition les outils adéquats pour la pratique d’une endodontie. Il s’agit surtout du plateau technique à haute performance.

Il est doté d’un microscope d’opération qui permet l’agrandissement des dents pour des images 3D. Ceci afin de pouvoir réaliser des traitements qui ne sont pas possible à vu d’œil. Rappelons que la tâche du dentiste généraliste ne s’arrête pas après l’intervention du spécialiste.

Elle reste plutôt complémentaire. Car c’est ce dernier qui s’occupera en fin d’intervention de la restauration coronaire. En plus, il s’assure aussi du suivi post-opératoire du patient.

Dans quelles situations a-t-on recours à une endodontie ?

L’endodontie est le meilleur des recours lorsqu’aucun traitement classique n’a pu être une solution. Elle est sollicitée pour pouvoir conserver une dent au moment où la seule alternative qui s’offre au patient est l’extraction de la dent.

Or, cette dernière résolution conduira à la réalisation d’un implant ou d’un bridge. Ce qui n’est en rien moins coûteux qu’un traitement endodontique. Mais plus encore, l’endodontie est indiquée en cas d’inflammation de la pulpe. On parle de pulpite. Elle est causée par une infection continuelle du canal radiculaire.

Il peut arriver que le tissu pulpaire soit toujours vivant, mais il nécessite un traitement endodontique car névrosé. Il est possible de procéder à une endodontie également sur des dents de lait chez un gosse d’au moins 3 ans. L’on parle en ce moment de pulpotomie.

Comment reconnaître une pulpe malade ?

La rage de dent qui s’exprime par des douleurs vives, les gencives gonflées avec parfois la présence d’abcès sont les signes d’une pulpe en souffrance. Au cours d’un examen médical avant l’endodontie, le dentiste reconnaît que le canal est souffrant en utilisant plusieurs méthodes.

En percutant la dent, il doit s’attendre à une réaction douloureuse pour se fixer. Il s’en suit un test au froid. Le médecin se servira aussi du vitalomètre pour se renseigner sur l’état du nerf. Et pour finir, il procédera à une radiographie dentaire avant confirmation du mal.

Comment se déroule une endodontie ?

Le soin par endodontie que subit un canal consiste à le vider, à le stériliser puis au final à procéder à son obturation. L’objectif étant la prévention du risque de réapparition suivi d’une conservation d’une dent. Une anesthésie locale est réalisée.

Ensuite, une portion de latex dite digue est mise sur la dent tout comme un espace opératoire chirurgical. Ceci, c’est pour obtenir une asepsie raisonnable. Une ou des séances de traitement sont requises suivant la complexité de l’atteinte. Et ces dernières se déroulent en plusieurs étapes.

À la base d’un traitement non-chirurgical par endodontie, une cavité d’accès est créée afin d’accéder aux canaux de la dent. Ensuite, l’on élimine la pulpe, nettoie, désinfecte, sèche et met en place les canaux à l’aide d’outils fins. Après cela, on procède au scellage des canaux par obturation en se servant de plastique thermo formable (tige de gutta percha).

L’on utilise ensuite le ciment canalaire pour mouler l’anatomie de l’intérieur de la dent. Au cas où une pulpe ne serait atteinte que de façon partielle, une ablation de la partie infectée suffirait. Pour terminer l’endodontie, l’on vérifie par radio l’excellence de l’obturation réalisée. Il s’en suit la fermeture temporaire de la cavité d’accès par un matériau imperméable.

Il convient après de faire un tour chez le dentiste pour une obturation définitive à l’aide de couronne, par plombage, etc. Il faut noter que la chirurgie endodontique n’est requise que suite à l’inefficacité du traitement. Elle demande l’incision de la gencive pour procéder au nettoyage des nerfs infectés.

Dans quel cas l’endodontie est-elle contre-indiquée ?

L’endodontie est formellement interdite chez une personne atteinte de cardiopathie conduisant à une inflammation et une infection de l’endocarde. Si le tissu pulpaire n’a pas encore atteint la nécrose chez l’individu, son traitement endodontique doit se faire avec grand soin. Une asepsie très rigoureuse doit être mise en place et l’intervention doit se dérouler en une seule et unique séance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.